Restez connecté :

Accueil du site > Actualités > Appel à communication - Les Frontières dans tous leurs états

Appel à communication - Les Frontières dans tous leurs états

Nancy (Lorraine) - 20 et 21 octobre 2016

Partagez :

  Appel à communication - Les Frontières dans tous leurs états

Nancy (Lorraine) - 20 et 21 octobre 2016

Huitième édition des Journées Jeunes Chercheurs en sciences humaines et arts, ce colloque est ouvert à des communications d’étudiant-e-s en Master 2, de doctorant-e-s, jeunes docteur-e-s, francophones ou anglophones. Dans une dynamique interdisciplinaire, toutes les disciplines sont invitées à participer afin de proposer un échange scientifique autour d’objets transversaux.

Après le succès des sept premières rencontres1 dont la plupart ont fait l’objet d’une publication, nous proposons pour 2016 un questionnement sur « Les frontières dans tous leurs états ». Organisé au sein du Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S) et en adéquation avec l’axe 1 de la Maison des sciences de l’homme de Lorraine. D’une manière générale, une frontière est définie par un critère qui permet de distinguer des objets selon leurs propriétés et de les séparer en groupes. En tant qu’objet observé, passer une frontière c’est voir l’une de ses propriétés modifiée de telle sorte que l’on passe d’un ensemble à un autre. En tant que sujet observant, les frontières permettent de distinguer les objets entre eux ; sans elles, ceux-ci ne pourraient être vus que comme un seul ensemble hétéroclite. Les frontières ne modifient pas en eux- mêmes les objets, mais structurent leur appréhension. Partant, elles permettent de nommer, catégoriser et qualifier, et ainsi d’interagir avec les objets ou de les utiliser.

Les frontières peuvent être absolues, au fondement d’une catégorisation binaire (visible ou invisible, vivant ou mort, individuel ou social, naturel ou culturel, sauvage ou domestique, incluant ou excluant, matériel ou symbolique, même ou autre, etc.), mais elles peuvent aussi être qualifiées de progressives. Dans cette configuration, les objets sont placés sur des échelles, rendant leurs frontières perméables ou floues.

L’acte de classification, dans la vie sociale comme dans les sciences, est à la fois récurrent et ambivalent : s’il favorise l’intelligibilité de notre environnement, il porte également le risque de voir se développer des velléités de hiérarchisation et des rapports de domination. Les frontières sont ainsi le théâtre de conflits, de tensions et de rapports de force entre les objets et entre les individus. Lieux de passages et de transitions, ces zones instables répartissent statuts, ressources et pouvoirs. Ces rencontres s’articuleront autour de cinq axes propres à illustrer ces différentes dimensions : les frontières spatiales ; les frontières culturelles ; les frontières de l’humain ; les frontières magiques, religieuses et scientifiques ; les frontières du travail.

  Détail complet ci-dessous

PDF - 242.7 ko
Appel

Crédits |
© 2017 - AFEC